Après avoir reçu, le 29 novembre, le rapport de Thierry Lepaon intitulé "L'Agence de la langue française pour la cohésion sociale", Manuel Valls a décidé la création d'une délégation interministérielle, placée sous son autorité, chargée de la mise en œuvre opérationnelle de cette nouvelle Agence pour une création annoncée "dès 2017".
A lire le communiqué de presse de Matignon, l'agence travaillera "étroitement" avec les collectivités locales, mais aussi avec les partenaires sociaux et les réseaux associatifs. L'Agence aura en effet "vocation à porter une politique publique en fédérant les moyens existants mais également en déployant un programme d'actions". Dix-huit délégués régionaux, placés auprès des préfets de région, auront en charge l'élaboration, "en lien avec les acteurs concernés", de plans d'actions régionaux pour la maîtrise de la langue française.
L'ancien secrétaire général de la CGT avait été missionné pour réfléchir à la préfiguration de l'agence à la suite du comité interministériel à l'égalité et la citoyenneté du 13 avril 2016 (voir notre article ci-contre du 14 avril). Le rapport qu'il a remis le 29 novembre au Premier ministre, en présence de Patrick Kanner, ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports, propose que l'action de l'agence repose sur trois piliers. Un pilier "social" portera les actions de prévention de l'illettrisme et de maîtrise de la langue française, ainsi que l'accès aux savoirs de base "pour tous les publics, y compris les migrants non pris en charge par l'Ofii (Office français de l'immigration et de l'intégration). Un pilier "culturel" concernera les missions de valorisation de la langue française selon "une politique linguistique définie par l'Etat". Un pilier "éducatif et international" soutiendra la coopération éducative, le rayonnement de la langue française dans le monde, et, le cas échéant, le suivi des dispositifs ou programmes européens.

Accèder à l'article sur Localtis.info

"Les Messagers" de Hélène Crouzillat et Laetitia Tura
au Gyptis au 136 rue Loubon 13003 Marseille.

Ce documentaire donne la parole aux migrants qui viennent du Sahara jusqu’à l’enclave espagnole de Melilla au Maroc.

Mercredi 4 novembre 2015 à 18 h 30

152 avenue de La Rose, 13013 MARSEILLE

Les débats du repère de La Rose

Débat introduit par Bernard Eynaud (LDH Marseille)

Ouvrir les frontières, accueillir toute la misère du monde ? Yes we can ! Surtout nous pouvons rappeler nos valeurs humanistes et débattre des arguments avancés dans ce débat empoisonné § Comprendre pour résister Les mercredis à 18h30 au 152 avenue de La Rose 13013 Marseille